Sécheresse, déficit d’eau, stocks de nourriture qui diminuent : allons-nous continuer encore longtemps à subir le diktat « made in Sivens » ?

Share with:


Sécheresse, déficit d’eau, stocks de nourriture qui diminuent : allons-nous continuer encore longtemps à subir le diktat « made in Sivens » ?

 

Le réchauffement climatique agit-il sur la fréquence et la quantité des pluies ?

 

Le réchauffement climatique est un fait hélas avéré, l’augmentation de l’effet de serre, due aux activités humaines, entraîne près de la surface, un réchauffement des océans et de l’atmosphère. Ce phénomène renforce l’évaporation. Une atmosphère plus chaude peut potentiellement transporter 7 % d’humidité en plus par degré de réchauffement, conformément à la relation de Clausius-Clapeyron. : source, sur ce sujet, autres résultats Google : .

Nous pouvons résumer ce phénomène par ceci : Avec le réchauffement climatique, la quantité d’eau qui tombe est en générale plus importantes, cette dernière, surtout si elle est reçue sur une terre asséché, ( qui absorbe bien moins qu’une terre qui est humide ) ainsi que sur des surfaces bétonnées ou goudronnées de plus en plus importantes ), n’a pas le temps de s’infiltrer, et ruisselle sans pouvoir atteindre les nappes phréatiques, et via les cours d’eau rejoindra la mer cqfd ! Il faut noter que ce ruissellement et l’augmentation de la quantité d’eau engendre également le phénomène des inondations, ,….par contre des étude montrent que depuis plusieurs années ces nappes phréatique sont en déficit : résultats Google. D’ailleurs dans ce résultat, un article du Parisien daté du 31 mai, signalait déjà que les deux tiers des nappes phréatiques des nappes de France métropolitaine présentées des nivaux anormalement bas : .

 

Quand les empêcheurs de tourner en rond s’invitent hélas dans la danse !

 

L’exemple le plus frappant dans cette France en manque flagrante d’autorité, ce sont bien les péripéties de la construction du « barrage de Sivens  », notons que ce projet fait l’unanimité tant parmi les politiques et les agriculteurs,… mais des empêcheurs de tourner en rond s’organisent en groupes violents et déterminés, les zadistes :  et ici, agissent en toute liberté. Ces derniers filtrent tous les accès à la forêt. Résultat, Jean-Pierre Lagasse ne peut plus cultiver sa terre : source.

Nous connaissons tous les longues péripéties de cette construction du barrage, à savoir toutes les actions violentes de la part des fameux zadistes,

 

Les « zadistes » kézako ?

 

Pour savoir qui sont vraiment les zadistes, regardez le résultat Google lorsque l’on tape : «  qui sont les zadistes de sivens » le résultat.. Dans les pays anglo-saxons, ils sont d’ores et déjà sur la liste des organisations terroristes, comme Al-Qaïda :source.

Militants issus de la classe moyenne, ces groupes d’amoureux de la nature sont composés de nombreux jeunes. « Parmi eux, on constate une grande mobilité et une grande disponibilité. Certains se déplacent sur plusieurs sites. C’est un mode de vie bien spécial qui ne correspondrait peut-être pas à des personnes en CDI avec des enfants à charge » source.( tout est dit dans cette interprétation, sans autres commentaires ! P@py)

.. Des bruits ont même courus que si l’État s’était montrée bien timorée pour évacuer par la force les zadistes de Sivens ou bien ceux de Notre Dame des Landes, ,.. c’est que parmi eux se trouvaient quelques fils à papas bien placés, ceci expliquant peut-être cela : *

( quelques images sur ces zadistes qui jettent des cocktails Molotov sur les forces de l’ordre aux cours d’une manifestation contre la construction du barrage de Sivens : ) qui indirectement hélas ont entraînées la mort du jeune Rémi Fraisse ( je précise que toute mort violente est un drame )

Pour info, lisez la chronologie du projet du barrage de Sivens :.

 

  • Pour ce qui concerne le courage de nos politiques, ces derniers depuis plusieurs décennies nous ont habitués surtout à un manque flagrant,… pour preuve le constat ou se trouve notre pays actuellement dans pas mal de situations !

 

Ceci étant dit, revenons à la création de cette retenue d’eau sur la rivière du Tescou, qui forme le « barrage de Sivens ». Cette retenue est en fait un tout petit barrage d’un longueur de moins de 3 km ( 2km, 7 ) avec une largeur au maximum de 300 m environ, puisque la digue mesure 315 m pour une hauteur de 12,8 m, et a une surface de 41 hectares.

Les 41 hectares de ce barrage ont une forme allongée, matérialiser sa surface n’est pas chose aisée, alors pour bien la visualiser « convertissons » cette dernière en surface circulaire, cela nous donne une étendue d’eau qui aurait un diamètre de 720 m environ ! Avec un tel diamètre ont peut se rendre compte que le barrage de Sivens est relativement modeste, c’est pour cette raison que je donne à mon article une petite touche humoristique, car au final ce barrage, est en fait une …. « grande mare à canards », car il suffit de le comparer par exemple avec le barrage de Serre-Ponçon, qui est le deuxième lac artificiel d’Europe avec une longueur de 20 km pour une largeur de 3 km avec une hauteur de digue de 123m, pour une surface de 2.820 ha,. Ce barrage produit de l’électricité et via le canal de Provence irrigue 80.000 hectares de terres agricoles et alimente en eau une population de 3.000.000 habitants qui résident dans 116 communes en région PACA. ( Bouches du Rhône et Var ).Sur ce barrage, le site de l’E.D.F.

 

Inspirons-nous des animaux qui se créent des réserves de nourriture,.. créons en urgence des réserves d’eaux douces !

 

Qui ne connaît pas le gentil écureuil qui pendant la bonne saison stocke et engrange dans divers endroits de la nourriture pour les jours d’hiver. ( notons que l’écureuil n’est pas le seul animal à agir ainsi, d’autres animaux font de même : , :ici.

Alors inspirons-nous de leurs bonnes stratégies, si pour eux pendant la bonne saison ils stockent de la nourriture pour l’hiver, stockons nous pendant les périodes pluvieuses de l’eau pour la saison sèche cqfd !

Idée simpliste dirons certains, certes, mais qui est néanmoins la solution la plus raisonnable et la plus simple ( pourquoi faire compliqué lorsqu’il est possible de faire simple ) pour pendant la période estivale faire face au déficit grandissant en eau douce disponible pour les cultures et la consommation humaine et pour le animaux domestiques

 

Les retenues d’eau collinaires ne sont pas forcément les « bêtes noires » que tentent de nous faire croire certains écolos !

 

Il paraît évident que la création de retenues d’eau collinaires ont un certain impact sur le milieu naturel, mais je pense que celui-ci n’est pas la fin du monde, si de facto cette surface en eau « accapare » une certaine surface du terrain, et la disparition de quelques plantes environnantes, à contrario cette dernière va permettre la création d’ une nouvelle faune aquatique riche en espèces : là , autres résultats : Google. Ce plan d’eau deviendra ensuite un site de halte, notamment bénéfique pour les oiseaux migrateurs à savoir : cigognes, canards, oies, etc.

 

La création de réserver d’eau permettront d’augmenter les stocks alimentaires !

 

Quelques lignes plus bas, j’ai placé des liens qui indiquent qu’a la date ou j’écris cet article ( première quinzaine d’août ) que l’humanité avait épuisé ses réserves naturelles planétaire ( 02/08/17 ). En bas de cette rubrique, je place un nouveau lien qui indique que chaque année cette date est avancée, et en remontant dans le temps, ( sans remonter très longtemps en arrière 1986 ) vous constaterez que c’est la dernière année ou à la date du 31 décembre que le point d’équilibre était atteint ! Aux fils des ans, cette date a été constamment avancée,… pour arriver à celle que nous connaissons pour cette année le 02 août 2017 !.

 

Le jour du dépassement, ou jour du dépassement de la Terre (en anglais : Earth Overshoot Day), correspond à la date de l’année où l’humanité est supposée avoir consommé l’ensemble des ressources que la planète est capable de régénérer en un an. Selon ce calcul, effectué chaque année par l’ONG américaine Global Footprint Network, l’humanité puise donc de manière irréversible dans les réserves naturelles de la Terre à partir de cette date.

Le calcul est dérivé de celui de l’empreinte écologique, concept dont Global Footprint Network est aussi à l’origine. En 2017, elle a estimé que cette date tomberait le 2 août.

Le calcul est donc loin d’être évident – Global Footprint Network a ainsi plusieurs fois changé sa méthodologie2 – et le concept même de jour de dépassement est contesté.

Pour la France : Le jour du dépassement calculé par pays est le jour auquel le jour du dépassement mondial se produirait si toute la population consommait comme la population du pays en question. Toujours selon l’ONG Global Fooprint Network, c’est le 3 mai pour la France (données de 2013) source : Wikipédia :.

( j’ai marqué en gras et en italique deux mots : supposé et contesté, qui signalent le fait que ce concept était controversé,… parce que tout simplement celui-ci m’interroge ? ) En effet comment peut-on vivre pendant de si nombreuses années ( 1986/2017 ) dans des périodes de plus en plus longues où l’humanité aurait consommé l’ensemble des ressources que la planète était capable de régénérer en un an ?

Ceci étant dit, je reviens à notre manque d’eau et aux moyens de la stocker

C’est la réalité et un constat ( certains disent alarmant ) d’années en années la population mondiale augmente : ici, celle de France n’échappe pas à cette règle : . Qui dit augmentation du nombre d’habitants dit forcement augmentation de la quantité des subsistances pour pouvoir les nourrir, donc la création de plus de retenues collinaires permettront des récoltes plus importantes. Ce raisonnement est je pense une très bonne option, car le nier et le combattre se révélera dans l’avenir dangereux !

Comme dit l’autre « A chacun de prendre ses responsabilités » !

 

L’augmentation des populations dit forcément augmentation des ressources alimentaires !

 

Comme je le signale plus haut, un fait est avéré, c’est l’augmentation constant de la population mondiale, et notre pays n’échappe pas à cette courbe :  et ici.

Avec plus de bouches à nourrir, il va bien falloir augmenter la production des ressources alimentaires, et l’irrigation des cultures est le système ancestral le plus performant, et aussi le plus écologique. Dans le cas contraire l’augmentation du rendement des cultures se ferra par l’intermédiaire d’utilisation d’engrais chimiques, ce qui fait que messieurs les écolos que vous vous trompez assurément de débats. cqfd !

Ces faits étant établis, et en corollaire avec les conséquences du réchauffement climatique et ses conséquences sur la pluviométrie ( mentionné plus haut ) je pense que la création de retenues collinaires ( n’en déplaise à certains ) s’avère être une bonne solution, car elle est assez écologique, car en effet il s’agit de récupérer et de stocker le ruissellement des eaux de pluies : schéma Il faut noter que sans la création de ces retenues collinaires ( images Google ) ces eaux, via les rivières et les fleuves se seraient écoulées vers les mers. Souvent l’eau de ces épisodes pluvieux n’a pas le temps de s’infiltrer dans le sol provoquant ainsi des dramatiques inondations.

 

Comme je le mentionne plus haut, début août les médias ont évoqués brièvement sans trop de tapage que l’humanité avait épuisé ses réserves naturelles planétaire : là , autres résultats Google : ici ( par contre ces derniers nous ont abondamment « bassinés » pendant au moins trois semaines pour la venue dans un club de foot d’un certain Neymar : là et ici ).

Cet intermède ( qui m ‘a foutu les boules ) étant dit, je reviens sur le sujet de mon article, c’est pourquoi que je pense qu’il serait judicieux que nous nous inspirions de la morale de fable du bon Jean de la Fontaine : « La cigale et la fourmi  » ,

 

« Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
— Nuit et jourà tout venant .
Je chantais, ne vous déplaise.
— Vous chantiez ? j’en suis fortaise.
Eh bien ! dansez maintenant. »

Transporté au sujet de l’article

 

Que faisiez-vous lorsqu’il pleuvait ?

Pourquoi n’avez-vous pas stocké cette eau ?

Nous ergotions, oui ,nous ergotions.

Nos zadistes vous en déplaise.

Comme coutume zadaient à leurs façons.

Nuit et jour à tout venant !

Nous hésitions plus qu’il n’en faut !

Vos cultures sont en manque d’eau ?

Eh bien rationnez-vous maintenant !

 

Gilbert Spagnolo dit P@py

 

Laisser un commentaire