Un monde de faux-semblants…

Share with:


Nous vivons dans un monde de faux-semblants et d’illusions permanentes…

Ainsi, dans l’enseignement, on invite les professeurs à sauvegarder les apparences : il faut, surtout, ne pas faire de vagues, lorsque surviennent des problèmes de discipline.

L’administration n’apprécie pas que les enseignants évoquent leurs difficultés : indiscipline, drogue, insolence…

Il faut surtout ne pas alarmer, ne pas inquiéter les parents d’élèves, les recteurs, la direction de l’établissement.
« Tout va bien, tout est pour le mieux »…

Il faut aussi faire en sorte que le plus grand nombre d’élèves obtiennent le baccalauréat, quitte à fausser les résultats, à brader cet examen. 
Chaque année, les inspecteurs invitent les enseignants à faire preuve d’indulgence, lors de la correction des épreuves du baccalauréat : il convient d’atteindre le quota annuel de 85% de réussite.

Par ailleurs, la France s’est lancée dans l’aventure de l’EPR et on sait les difficultés que l’entreprise EDF rencontre dans la construction de ces nouvelles technologies : des retards, des surcoûts exorbitants, des malfaçons.
Et comble du faux semblant ! On a vendu cette technologie à la Finlande, puis à la Grande-Bretagne. C’est une véritable fuite en avant !
Et, pourtant, on continue à faire comme si tout allait bien, comme si cette technologie était fiable.

L’illusion ! Elle est partout.
Certaines entreprises, apparemment florissantes, sont au bord du gouffre : ainsi, le constructeur européen Airbus multiplie les retards de livraison de son avion de transport militaire l’A 400M…
En perspective : un véritable gouffre financier qui dépasse les 30 milliards d’euros. Des problèmes techniques sont apparus, notamment l’usure trop rapide d’une boîte de vitesses.

Là encore, on évite d’évoquer ces problèmes.
Il faut faire semblant à tous les niveaux de la société.
L’authenticité, le franc-parler ne sont plus de mise.
La démesure, le chiffre, la performance sont à la mode si bien qu’on en oublie l’essentiel : la qualité du travail.

Dans un tout autre domaine, le gouvernement se réjouit que la ville de Paris ait obtenu l’organisation des JO de 2024. Partout fleurissent des articles élogieux sur ce projet : on nous assure et on nous annonce un budget en équilibre, mais on sait par expérience que souvent les coûts explosent et là encore on nous berce d’illusions.
Ce budget doit surtout réjouir les entreprises du BTP ! Mais, inévitablement, qui paiera l’addition si ce n’est le contribuable ?

Aux Etats-Unis, on a appris que près d’un tiers des abonnés du président Trump sur Twitter ne seraient en fait que des bots, ces programmes informatiques automatisés qui simulent le comportement d’une personne humaine.
Encore un trompe-l’oeil qui met en évidence l’illusion qui gouverne le monde…

En fin de compte, dans nos sociétés, la vérité importe peu, il s’agit de gérer avec habileté le mensonge et l’imposture…

 

source

rosemar

Laisser un commentaire