Le calvaire de milliers d’enfants Yéménites en Israël

Share with:


Des expérimentations d’une horreur digne des nazis ont été réalisés au début des années 50 en Israël. Des bébés Yéménites enlevés à leurs familles ont servi de cobayes humains pour expérimentations médicales. C’est sous la pression des familles que Benyamin Netanyahou a fait déclassifier 200 000 documents révèle J FORUM.fr le portail juif francophone. Si peu de temps après la Shoah, comment peut-on seulement imaginer qu’une telle atrocité soit possible seulement quelques années après la création de l’État hébreu en 1948.

Combien d’enfants Yéménites ont-ils été torturés pour savoir s’ils avaient du « sang nègre », ou pour une autre expérience tout aussi monstrueuse sur la résistance du « coeur des Yéménites » ? L’enquête de la commission de la Knesset pourra-telle un jour dire toute la vérité sur un drame humain qui date de 60 ans. Pendant longtemps on a considéré que les enfants enlevés et disparus avaient été vendus à des familles occidentales pour adoption. Mais la réalité est bien plus terribles et des documents le prouvent.

« Des lettres échangées entre les directeurs de différents hôpitaux du pays, dans lesquelles ils se félicitaient – secrètement – de « disposer d’un matériel si abondant à Rosh Hayin – le petit village où étaient alors parqués de nombreux Yéménites ».

À cette époque, des enfants étaient donc considérés comme un simple « matériel » dont on pouvait abuser jusqu’à ce que mort s’en suive. La cruauté humaine n’a donc pas de limite et le massacre d’enfants juifs dans les camps de concentration n’aura pas incité les bourreaux à la moindre humanité, même sur la terre d’Israël.

Les Teymanim (Yéménites en hébreux) étaient méprisés et maltraités.

« À la création d’Israël, en 1948, des centaines de milliers de Juifs du Proche-Orient affluent en « Terre Promise »… mais sont souvent méprisés par les ashkénazes, ces Juifs d’Europe « originels » de l’État hébreu ».

« Les séfarades vivent donc souvent dans d’immenses bidonvilles, voire des camps de tentes. Mais les Yéménites, eux, sont particulièrement maltraités : 48 000 d’entre eux ont été « amenés » en Israël en 1948 et 1949, dans le cadre de l’opération « Tapis volant » – un pont aérien secret lancé avec le soutien des États-Unis et de la Grande-Bretagne ».

3 à 5000 enfants seront enlevés par des infirmières pour des vaccinations. Toujours est-il qu’on ne les reverra plus jamais, « la plupart ont été déclarés morts ou disparus ».

Dans les années 1960 « trois commissions d’enquête ont été créées pour élucider le mystère » Mais selon le journal Le Tempselles auraient au contraire « tout mis en œuvre pour empêcher la vérité d’éclater au grand jour ». Ce n’est donc qu’en 2016 que le gouvernement a autorisé la déclassification et la publication des documents sur les enfants Yéménites disparus, sous la pression de descendants élus à la Knesset.

« Ygal Yossef, descendant d’une famille marquée par la disparition d’un proche, veut « vider l’abcès, quoi qu’il en coûte ». Il a même obtenu et fourni aux députés des copies de certificats de décès « en blanc » et antidatés… prouvant la mort « programmée » de nombreux cobayes.

Laisser un commentaire