La solidarité institutionnelle en panne !

Share with:


Un célibataire, sans travail, suite à une longue maladie cherche un logement….

Il doit libérer le sien, trop grand et trop cher.

Handicapé il est suivi par une association de tutelles.

Un travailleur social de la Maison des Solidarités (Service du Conseil Départemental) suit Monsieur C..

Tout est sur les rails puisqu’un propriétaire privé propose de mettre à disposition du monsieur un studio correct pour 430 €.

Nous n’avons pas trouvé de logement social car il faut attendre longtemps.

Malheureusement pour rentrer dans le logement, le propriétaire, comme c’est son droit, demande un dépôt de garantie de 435 €…..

La MDS ne peut pas avancer cette somme car il faudrait passer par le Fonds Solidarité Logement (le FSL) et c’est long…..

L’association de Tutelle ne fait pas d’avances !?

Elle reçoit des subventions publiques et peut proposer à Monsieur C une mensualisation de la dette sur un an.

C’est ce que naïvement je pensais…..

Eh bien non.

Rassurez-vous, l’association familiale laïque de Melun avance la somme demandée et organise le déménagement de Monsieur : recherche d’un véhicule prêté par un bénévole et mise à disposition de bénévoles !

Nous avons pris la décision de prendre en charge le dépôt de garantie, Monsieur C nous remboursera par mensualités, certes, mais est-ce notre rôle ?

NON….

Pourquoi les services sociaux ne peuvent-elles pas prendre en charge ce dépôt de garantie ?

L’association de Tutelles – qui ressemble à une entreprise – ne peut-elle pas avancer la somme demandée, d’autant plus que l’adulte sous tutelle rembourse sa dette ?

Posez ces questions c’est y répondre !

Jean-François Chalot

Laisser un commentaire